Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Science et société / Projets de recherche

Le projet MEDIA : retour sur un parcours d'une quinzaine d’années au carrefour de la science et de la société

 

Dans les années 1990, en lien avec les activités de suivi scientifique menées sur la Réserve de Biosphère de la Mer d’Iroise (programme MaB de l’UNESCO), et grâce à l’apport des systèmes d’information géographique (SIG), une étude est entreprise au sein de l’UMR LETG-Brest (Géomer). Concernant les dynamiques d’occupation et d’usage des sols de l’île d’Ouessant, plus grande île habitée de la réserve, elle s’inscrit dans les objectifs du programme international LUCC (Land Use and Land Cover Changes) en se focalisant sur les changements environnementaux intervenant à grande échelle. La reconstitution des états successifs à partir de différentes sources est réalisée sur une période de 150 ans (réf. 1). Les changements spatiaux mis en évidence, notamment les conséquences de la déprise agricole, sont modélisés pour produire des simulations faisant varier les pressions de pâturage (réf. 2). Cette tentative de prospective spatialisée se heurte à la non prise en compte du temps dans les SIG et à un « modèle » ouessantin trop simpliste.

Début 2000, le collectif ComMod (Companion Modelling) propose la modélisation d’accompagnement comme une voie de recherche originale, fondée sur l’utilisation de modèles pour aider à la compréhension des interactions au sein du socio-écosystème et à la gestion des ressources renouvelables. Le projet concernant l’île d’Ouessant est réactivé dans le cadre d’une recherche expérimentant cette posture au sein de plusieurs réserves de biosphère confrontées aux changements d’usages et à la fermeture de certains milieux. Soutenue par le programme « Dynamique de la biodiversité et modalités d’accès aux milieux et aux ressources » de l’Institut Français de la Biodiversité, elle est fondée sur la mise en place de collectifs pluridisciplinaires associant les gestionnaires.  Concernant l’île d’Ouessant, la mise en commun sera très fructueuse et aboutira à une réelle interdisciplinarité concrétisée par l’élaboration d’un modèle conceptuel identifiant les ressources, les acteurs, les dynamiques et les interactions en jeu. Il sert de support à l’élaboration d’un prototype informatique à base d’agents, permettant la réalisation de simulations fondées sur des scénarios spatialisés (réf. 3). La somme des connaissances acquises est ensuite simplifiée pour donner naissance à un jeu de rôles à des fins d’aide à la concertation. Financé par la Fondation de France, il réunira plusieurs ouessantins lors de cinq sessions plus ou moins abouties, leur permettant d’exprimer leurs points de vue sur les usages, les dynamiques et les contraintes actuelles et à venir (réf. 4). A l’occasion de la dernière séance de jeu, les scientifiques en charge de son animation, ont l’occasion d’organiser une session avec les élèves du collège d’Ouessant en présence de leurs enseignants et constatent l’intérêt de leur public pour ce support, vecteur d’échanges sur plusieurs thèmes : développement durable, gestion, dynamiques et changements côtiers, participation…

C’est donc dans l’objectif d’adapter les productions de la recherche dans un nouveau contexte d’aide à la sensibilisation et à l’éducation que les scientifiques s’engagent en 2008, aux côtés d’Océanopolis, dans l’élaboration d’un atelier pédagogique pour les classes de troisième. Le projet MEDIA (Modélisation multi-agents et jeu de rôle : des outils de médiation et d’apprentissage au service du développement durable) a été soutenu par le dispositif ASOSC (Actions pour l’Appropriation Sociale des SCiences) de la Région Bretagne et par le programme « Ingénierie écologique » proposé  par le CNRS et le Cémagref, et a associé plusieurs équipes et organismes finistériens. Il a donné naissance à l’atelier « Entre Terre et Mer, les littoraux » qui propose 3 types d’activités dont une session ludique qui a nécessité de multiples adaptations du jeu initial dans ses règles, sa forme et sa logistique (réf. 5), fruit d’un travail collaboratif avec les professionnels de l’éducation. Depuis 2010, près de 4000 élèves y ont participé. Tout au long de ce processus d'une quinzaine d'années, cette évolution a associé « sciences et sociétés ». MEDIA n’en est pas l’aboutissement mais une étape, elle-même porteuse de nouvelles questions scientifiques (réf. 6) relatives notamment à la place du scientifique dans ces dispositifs, ou encore à leur degré d’appropriation par le public.

 

Bibliographie

  • Bioret F., Gourmelon F., Le Berre I.,  1994. Analyse spatiale du processus d'enfrichement sur l'île d'Ouessant. Norois, t. 41, n°164, p. 547-558
  • Gourmelon F., Bioret F., Brigand L., Cuq F., Hily C., Jean F., Le Berre I., Le Demezet M., 1995. Atlas de la Réserve de Biosphère de la Mer d'Iroise. Cahiers Scientifiques du Parc Naturel Régional d'Armorique, t. 2, 96 p.
  • Gourmelon F., Bioret F., 1995. SIGOuessant : le système d'information géographique de la Réserve de Biosphère de la Mer d'Iroise. Norois, t. 42, n°168, p. 601-607
  • (1) Gourmelon F., Bioret F., Brigand L., 1995. S.I.G. et usage des sols : l'île d'Ouessant de 1952 à 1992. Mappemonde, n°4, p. 6-10.
  • (2) Gourmelon F., Bioret F., Le Berre I., 2001. Historic land-use changes and implications for management of a small protected island. Journal of Coastal Conservation, n°7, p. 41-48
Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer