Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Unité mixte de services / Moyens communs / l'Albert Lucas

L'Albert Lucas

Le 3 juin 2010 le navire de station de l’IUEM et du Parc naturel marin d’Iroise, l’Albert Lucas, a été inauguré sur le port de Brest.
Il a été baptisé par
Anne Quéméré, navigatrice. Pour tout savoir des traversées océaniques à l'aviron et en solitaire d'Anne Quéméré et ses projets : son site...

Ce navire océanographique est polyvalent et permet d'effectuer de multiples travaux dans des disciplines scientifiques variées comme : la biologie, l’écologie, la chimie, l’océanographie (physique et chimique), la géologie, mais aussi de contribuer à l’observation et à la formation d'étudiants en sciences marines. De plus, le navire peut réaliser des missions d'assistance à la plongée scientifique. L’Albert Lucas permet également de cartographier, d’évaluer et d’assurer le suivi de la zone du Parc naturel marin d’Iroise. Ce navire aide aussi à l’expérimentation de nouvelles méthodes et de nouveaux outils afin de développer des activités humaines plus respectueuses du milieu marin.
La zone d'activité principale est la rade de Brest et le périmètre du Parc naturel marin d’Iroise (3500 km², depuis l’île de Sein au sud à Ouessant au nord et jusqu’aux limites des eaux territoriales françaises à l’ouest).

Albert Lucas

Le navire de station a été baptisé en hommage à un scientifique et naturaliste enthousiaste, pionnier du collège scientifique universitaire de Brest. Qui était Albert Lucas ?

Descriptif du bateau

L'Albert Lucas dans le détail

Les partenaires financiers

L’Albert Lucas a vu le jour grâce au financement du CNRS/INSU et de l’Agence des aires marines protégées, établissement public sous la tutelle du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer. Il a également été financé dans le cadre du Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013 par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et la Région Bretagne avec le soutien du conseil général du Finistère et de Brest métropole océane.

Projet scientifique

L’acquisition par l’IUEM et le Parc naturel marin d’Iroise d’un navire océanographique de station, s’inscrit dans le cadre du développement des recherches visant à comprendre les modalités de l’évolution de l’environnement côtier soumis à des contraintes allant de l’échelle globale à l’échelle locale, et dont l’homme est l’acteur majeur. A partir de cette problématique générale, une démarche d’observation du milieu s’est développée. Elle répond à la fois à une demande sociétale et à un besoin des chercheurs eux-mêmes de disposer des séries d’observations indispensables pour fonder les études de mécanismes qu’ils engagent.

Ce navire, dernier né de la flotte océanographique française, est un outil indispensable pour l’acquisition de connaissances sur l’environnement marin et son évolution. Ces besoins de connaissance sont ceux de l’IUEM, et de ses sept laboratoires spécialisés dans les sciences de la mer, et du Parc naturel marin d’Iroise, dont l’une des finalités est de contribuer à une meilleure connaissance de l’environnement marin. Cette convergence d’intérêt a donné naissance à la construction de ce navire commun.
Actuellement, l’IUEM réalise ses recherches à l’aide des navires nationaux de façade ou de petites unités de travail. La disponibilité d’un navire de recherche, adapté au travail scientifique en milieu côtier, permettra d’assurer le saut attendu au regard des ambitions scientifiques des équipes concernées, et de sécuriser les conditions de travail.
La souplesse de programmation et d’utilisation d’une unité de petite taille, attachée à l’Institut, ouvre également des perspectives nouvelles de recherche dans le domaine des processus à cinétique élevée, telles que les efflorescences phytoplanctoniques inhabituelles (toxiques ou non) et les réponses benthiques associées, en permettant d’ajuster, en temps réel, la fréquence des sorties aux événements hydroclimatiques.
Les travaux menés avec ce type d’équipement auront des retombées aux plans régional, national et international, aussi bien dans le domaine de la recherche académique que dans celui de ses applications.

Missions

Ce navire est destiné à soutenir les activités de recherche, d’enseignement, d’observation de l’Institut Universitaire Européen de la Mer. Il répond aussi aux besoins du Parc naturel marin d’Iroise, en matière de connaissance et de protection du milieu marin, et de développement durable des activités humaines dépendantes de la mer. Ce navire est une co-propriété de l’INSU et de l’Agence des aires marines protégées, dont dépend le Parc.

Un navire pour la recherche
La rade de Brest et la mer d’Iroise bénéficient d’une situation géographique particulièrement propice au développement de recherches portant sur l’évolution des systèmes littoraux.
L’enrichissement en nutriments, lié au développement d’une agriculture de type industriel au cours des dernières décennies, se conjugue avec la prolifération d’espèces invasives et avec la présence remarquable de contaminants, le tout dans un contexte de régression de certaines espèces-clés et de changement climatique. Nécessairement, les programmes de recherche directement concernés par l’utilisation du navire de station sont nombreux, souvent pluridisciplinaires et intéressant des échelons institutionnels allant du régional à l’international. L’ensemble de la démarche de recherche en océanographie côtière portée par l’IUEM s’inscrit très strictement dans la volonté de développement d’une gestion intégrée des espaces littoraux

Un navire pour la formation
L’IUEM est un lieu de formation aux sciences de la mer. Il offre des cursus allant du master au doctorat, dans toutes les spécialités disciplinaires des sciences marines.
L’Institut bénéficie d’un domaine d’enseignement «Sciences de la Mer et du Littoral » unique en France comportant un master de 6 mentions. L’embarquement est une forme d’enseignement indispensable à cette formation. La disponibilité d’un navire côtier permet l’échantillonnage de matériel (eau, plancton, faune et flore) indispensable à la réalisation des enseignements ainsi que l’apprentissage des techniques de l’océanographie côtière moderne. Un tel navire permet également l’embarquement d’étudiants de niveau master pour des expérimentations et manipulations d’engins en mer.

Un navire pour l'observation
L’IUEM qui a accédé au statut d’Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU) en 2005, ne peut mener à bien la tâche qui lui est assignée sans avoir à sa disposition un navire de station.
L’OSU est actif dans les trois domaines principaux des sciences de la mer et du littoral : le climat ainsi que la circulation océanique et la géophysique (domaine hauturier), et l’environnement côtier.
Au niveau national, l’IUEM a la volonté de se placer en leader pour la mise en place d’un réseau d’observatoire du domaine côtier. Les stratégies d’observation de la masse d’eau, du compartiment biologique et des usages humains sont développées par différents laboratoires de l’Institut.
Outre l’observation sur le long terme de la variabilité des paramètres étudiés, cette structure a pour mission de constituer une banque de données accessible à l’ensemble de la communauté scientifique, et à terme de, de comprendre et de prédire le fonctionnement des systèmes étudiés. Pour mener à bien ce travail d’observation, la nécessité d’un bateau de station est évidente. L’un des intérêts est de pouvoir envisager son déplacement immédiat sur des sites sensibles en réponse à des alarmes transmises par les systèmes de surveillance en continu.

Un navire pour la protection
L’Albert Lucas répond également aux besoins du Parc naturel marin d’Iroise dans ses missions de connaissance et de protection du milieu marin, et de développement durable des activités humaines dépendantes de la mer.
Le Parc naturel marin d’Iroise a la charge de protéger  un patrimoine naturel exceptionnel  et de concilier la conservation de ces richesses naturelles avec le développement des activités maritimes (pêche, nautisme, tourisme…) ; activités dépendant du bon état du milieu marin. Le navire permet ainsi de cartographier, évaluer et assurer le suivi de la zone du Parc en collaboration avec le monde scientifique. Cette collaboration fait bénéficier le Parc d’un matériel moderne d’investigation  et de suivi de l’environnement. C’est aussi une opportunité pour tisser des relations étroites avec des équipes de recherche de haut niveau dont les travaux intéressent directement le Parc naturel marin et l’ensemble des acteurs de l’Iroise.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer