Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance de thèse en biologie marine : Eric GUEVELOU

Soutenance de thèse en biologie marine : Eric GUEVELOU

"Etude fonctionnelle de l'AMP-activated protein kinase (AMPK) chez l'huître creuse Crassostrea gigas".

L’objectif de cette thèse était de caractériser les éléments appartenant à la voie de signalisation énergétique AMP-activated protein kinase chez l’huître creuse Crassostrea gigas afin de comprendre son implication dans la gestion de l’énergie, en particulier en réponse à des conditions physiologiques qui sollicitent de l’énergie telles que la reproduction, ou à des stress environnementaux comme l’hypoxie ou le jeûne. Au niveau génomique, les trois sous-unités constitutives du trimère AMPK ainsi que plusieurs éléments impliqués dans cette voie de signalisation et dans les métabolismes glucidiques et lipidiques, potentiellement cibles de l’AMPK, ont été décrits. Au niveau protéique, plusieurs anticorps hétérologues ciblant les isoformes de la sous-unité α et la phosphorylation du résidu thréonine 172 de la sous-unité α, témoin indirect de l’activité AMPK, ont été utilisés. Deux sous-unités α tronquées dans le domaine kinase ont été caractérisées principalement dans les tissus musculaires suggérant leurs implications dans la fonction musculaire. Au cours d’un stress hypoxique, une augmentation significative des quantités de sous-unités α tronquées a été observée dans le muscle lisse. Ce résultat suggère que pendant une durée d’au moins 6 h, ces protéines tronquées sont nécessaires au maintien du métabolisme aérobie dans le muscle lisse, lui permettant ainsi de remplir son rôle de fermeture statique des valves. Nous avons suggéré une hypothèse indiquant que l’accumulation in vivo de ces sous-unitésα tronquées pourrait exercer un rôle de modulation ou de transdomination négative de l’activité de la sous-unité α entière. Dans la gonade, nous avons observé une activation de l’AMPK tout au long du processus de gamétogénèse afin de supporter les processus cataboliques de création de gamètes. Une diminution de cette activation a été observée lors du stade anabolique de mise en réserve des ovocytes. Enfin, lors d’un conditionnement en milieu contrôlé, une approche physiologique par privation de nourriture et une approche pharmacologique par injection d’AICAR ont été réalisées pour provoquer une modulation de l’AMPK. Les analyses ont montré que ni le jeûne ni l’AICAR n’ont induit une augmentation de la phosphorylation de la sous-unité α. Cependant, plusieurs changements liés à l’injection de l’AICAR ont été observés sur la physiologie de l’huître : la modification du rapport AMP:ATP chez les huîtres nourries en comparaison aux huîtres à jeun, et une mortalité dépendante de la dose injectée d’AICAR chez les huîtres mises à jeun. La caractérisation de l’AMPK chez C. gigas ouvre de nombreuses perspectives exigeant des études fonctionnelles poussées afin de démontrer le rôle pivot de cette kinase dans la gestion de l’énergie, comme démontré chez de nombreuses espèces de vertébrés, et ainsi décrypter le métabolisme énergétique de l’huître.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer