Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Soutenance de thèse de l'école Doctorale des Sciences de la Mer par Malwenn Lassudrie-Duchesne

Soutenance de thèse de l'école Doctorale des Sciences de la Mer par Malwenn Lassudrie-Duchesne

Cette thèse aura lieu le mercredi 10 décembre à 13h30 à l'IUEM, amphi A.

Sujet "Effets combinés des dinoflagellés toxiques du genre Alexandrium et d'agents pathogènes sur la phisiologie des bivalves."

Résumé

Les populations de bivalves subissent régulièrement des épizooties qui affaiblissent ou déciment les stocks exploités et limitent ainsi l’aquaculture. Ces maladies, principalement dues à des virus, des bactéries ou des parasites, se développent particulièrement au printemps et en été. Cette période de l’année offre également des conditions propices à l’apparition d’efflorescences de dinoflagellés toxiques, dont des espèces du genre Alexandrium. Ainsi, le risque de co-occurrences d’efflorescences d’Alexandrium sp. et de maladies infectieuses chez les bivalves est élevé. Or, ces micro-algues synthétisent et excrètent des toxines et des composés cytotoxiques responsables d’altérations physiologiques chez les bivalves et pouvant mener à un état immunodéprimé. L’objectif de cette thèse est d’évaluer les effets combinés d’une exposition à un dinoflagellé toxique, Alexandrium sp., et d’une infection par des agents pathogènes sur la physiologie des bivalves, à travers l’étude de différentes interactions tripartites bivalve – pathogène – Alexandrium sp.

Les résultats de ce travail de thèse indiquent qu’un seul profil de réponse ne peut être défini. Ainsi, une exposition à Alexandrium sp. peut augmenter le taux d’infection par des agents pathogènes chez des bivalves ou au contraire le diminuer. Les réponses hémocytaires associées peuvent traduire l’implication des défenses immunitaires dans ces modulations hôte-pathogène. Enfin, l’exposition à des agents pathogènes peut interférer avec le processus d’accumulation de toxines algales dans les tissus des bivalves, illustrant la complexité de ces interactions.

Ces résultats apportent une meilleure compréhension de l’implication des efflorescences toxiques dans le développement des maladies touchant les bivalves d’intérêt commercial, mais également de l’implication de l’environnement biotique des bivalves sur l’accumulation de phycotoxines réglementées.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer