Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Avis de soutenance de thèse en économie par Michel Duhalde

Avis de soutenance de thèse en économie par Michel Duhalde

Cette soutenance de thèse intitulée "Analyse des instruments des politiques de la biodiversité. Le cas de Natura 2000 en milieu littoral et marin" se tiendra dans l'amphithéâtre nord de l'UFR STAPS 20 avenue Victor Le Gorgeu à Brest le vendredi 5 février à 14h.

Les Directives européennes dites Oiseaux et Habitats, adoptées respectivement en 1979 et 1992, font partie des réponses institutionnelles apportées à l’érosion de la biodiversité constatée à échelle mondiale. Ces directives prévoient notamment le déploiement d’un réseau d’aires protégées à travers l’Union Européenne, le réseau des sites Natura 2000, en vue de préserver les habitats et espèces considérés comme menacés, vulnérables, rares, ou remarquables. Chaque site doit mettre en place des « mesures de conservation » adaptées aux habitats et espèces qu’il abrite.

Après un déploiement politiquement compliqué initié dans les années 90, la France met aujourd’hui l’accent sur la dimension contractuelle et volontaire de la gestion des sites Natura 2000. Toutefois, d’autres dispositifs, notamment de nature administrative ou réglementaire, sont prévus ou rendus possibles par les directives et par la loi française.

Avec pour cas d’étude les sites Natura 2000 du littoral français, cette thèse vise à contribuer à une meilleure compréhension des pratiques en matière de mesures de conservation, analysées au travers du concept d’instruments d’action publique : quels sont les instruments choisis, à la fois dans la phase de planification et de mise en œuvre ? Quels sont les facteurs influençant ces choix ?

Notre travail combine deux approches. Une première analyse, de nature quantitative, permet de décrire les mesures prévues dans 113 documents de gestion (Docob) de sites Natura 2000 littoraux. Une méthode de sélection et de moyenne de modèles logistiques binomiaux permet d’identifier les facteurs de contexte orientant les choix des instruments d’action. Une seconde analyse, de nature qualitative, recentrée sur les sites Natura 2000 du littoral breton, permet d’appréhender les modalités de mise en œuvre des différents instruments disponibles dans la gestion des sites.

Nos résultats tendent à montrer que le choix des instruments d’action sur chaque site fait partie des ajustements permettant l’intégration de la politique au sein d’un contexte institutionnel local, formel et informel. En particulier, l’instrument réglementaire semble garder une place non négligeable dans la mise en œuvre de cette politique, mais cette place est sensible au contexte local, notamment politique, du site. Les instruments propres à certains grands types de milieux sont mis en avant. Nos résultats viennent notamment questionner le caractère autonome de la politique Natura 2000 en mer. Nos résultats permettent aussi d’éclairer les forces et les faiblesses des différents instruments d’actions dans la phase de mise en œuvre, notamment au regard des coûts de transaction qu’ils génèrent. Face aux difficultés identifiées, l’importance de la complémentarité opérationnelle des instruments d’essences volontaire et obligatoire, de l’implication des collectivités territoriales et de la mobilisation des animateurs Natura 2000 présents sur chaque site, est notamment soulignée.

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer