Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / L'institut / Actualités / Avis de soutenance de thèse en biologie marine par Oumar Sadio

Avis de soutenance de thèse en biologie marine par Oumar Sadio

Cette soutenance intitulée "Efficacité des Aires Marines Protégées comme outil de restauration des ressources marines et de gestion des stocks halieutiques : l'expérience ouest africaine" se déroulera le vendredi 11 décembre 2015 à 14h en salle A215 à l'IUEM.

Cette thèse porte sur l'étude de l’efficacité d’une Aire Marine Protégée (AMP) comme outil de restauration des ressources marines et de gestion des stocks halieutiques en zone tropicale ouest africaine. L’étude concerne trois AMP. Il s’agit de l’AMP de Bamboung située en zone estuarienne (sous influence marine), à l'intérieur d'un delta et fermée à l’exploitation halieutique depuis 2004. La deuxième AMP est celle des îles d’Urok créée en 2005 et située dans la réserve de biosphère de l’archipel des Bijagos dans la partie littorale de la Guinée-Bissau. Elle est divisée en trois zones et la pêche y est autorisée avec une pression de pêche de plus en plus forte de la zone centrale vers la zone périphérique. La troisième AMP est le Parc National du Banc d’Arguin situé le long de la côte mauritanienne. Il a été créé en 1976 et les activités de pêche y sont pratiquées de façon réglementée.

Beaucoup d’AMP ont été évaluées à travers le monde et les résultats obtenus sont dans la majeur partie des cas positifs. Dans les milieux tropicaux, les variabilités interannuelles et intra annuelles des paramètres environnementaux influent sur l’organisation spatio-temporelle des peuplements de poissons. Par conséquent, la mise en place d’AMP dans une zone tropicale a suscité des interrogations quant à leur efficacité en rapport avec l’influence des paramètres de l’environnement. Selon l’AMP étudiée, une approche spatiale ou temporelle sera utilisée pour répondre aux questions posées. Les méthodes d’analyse utilisées sont de type comparatif. L’analyse des données biologiques est précédée par celle des paramètres physico-chimiques qui a mis en évidence des variabilités saisonnières dans chaque AMP. Ce résultat justifie le choix d’analyser les données biologiques par saison afin de minimiser au mieux l’influence des variations environnementales.

En ce qui concerne l’AMP de Bamboung, les résultats de l’analyse suivant une approche globale ont clairement montré son rôle positif dans la restauration des ressources marines. L’approche saisonnière a mis en évidence ce rôle de restauration mais en saison froide et non en saison chaude et humide. En 9 années de protection, l’AMP de Bamboung a contribué au retour de gros poissons dans le bolon de Bamboung. Son rôle dans l’enrichissement de la zone proximale à travers le phénomène de «Spillover» n’a pas pu être mis en évidence. Une tendance à la baisse des indicateurs biologiques en fonction de la distance à l'AMP a été observée surtout en saison chaude et en saison humide. De même l’analyse des indicateurs liés à la reproduction ne montre pas que l’AMP de Bamboung améliore la reproduction des poissons. Concernant, l’AMP des îles d’Urok et le Parc National du Banc d’Arguin, les analyses n’ont pas donné de résultats clairs quant à leur rôle dans l’amélioration des rendements de pêche et de la reproduction des poissons. Cependant, pour l’AMP des îles d’Urok, les tendances observées semblent montrer une forte concentration de biomasse dans la zone centrale, un rôle d’équilibre joué par la zone intermédiaire et un rôle de pourvoyeur de biomasse de poisson de la zone périphérique. Pour le PNBA, le secteur intérieur semble contribuer à l’enrichissement du secteur extérieur par un transfert de biomasse.

La faible quantité de données récoltées dans les AMP pourrait être à l’origine des résultats négatifs. Ainsi, l’idée d'effectuer des suivis biologiques à court terme et d'analyse les indicateurs liés à la reproduction au niveau population ont été envisagés pour les trois AMP afin de trouver des résultats clairs quant à leur rôle dans la gestion des stocks halieutiques. 

Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer