Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Actualités à la Une / Découverte d'un nouveau courant marin le long de Madagascar

Découverte d'un nouveau courant marin le long de Madagascar

Lors d’une étude de l'upwelling côtier au sud de Madagascar (une remontée d’eau profonde influençant la vie marine et les pêcheries), Juliano Dani Ramanantsoa et ses coauteurs (2018) ont identifié un nouveau courant côtier : le South-west MAdagascar Coastal Current (ou SMACC).

Juliano Dani Ramanantsoa est doctorant à l'Université de Cap Town (Afrique du Sud). Il est encadré par M. Krug et M. Rouault mais aussi par J. Gula et P. Penven du Laboratoire d'océanographie physique et spatiale (LOPS). En 2016 et 2017, il a effectué plusieurs séjours de longue durée à l'IUEM financés par le LabexMER, WIOMSA et l'IRD dans le cadre du Laboratoire mixte international (LMI) ICEMASA.

Cet exemple d’un courant de surface subtropical circulant vers le pôle le long d'une côte occidentale est rare. La connaissance actuelle des courants aux alentours de Madagascar montre que le Courant Équatorial Sud de l’océan Indien se sépare en deux directions opposées au contact de la côte Est de l’île. Il en résulte le Courant Nord Madagascar qui coule vers la pointe septentrionale et le Courant Est Madagascar longeant la côte Est jusqu’à l’extrémité Sud de l’île. Cependant, les détails de la circulation océanique autour de Madagascar restent encore peu clairs.

Dans le cadre de sa thèse de doctorat à l’Université de Cape Town (Afrique du Sud) sur l'upwelling côtier au Sud de Madagascar, Juliano Dani Ramanantsoa a analysé des observations issues de campagnes en mer, de télédétection satellitaire, de déplacements de flotteurs Argo, ainsi que des résultats issus d’un modèle numérique (CROCO). L’analyse a révélé qu’une grande partie des eaux impliquées dans l'upwelling côtier ne sont pas acheminées par le Courant Est Madagascar comme on le croyait précédemment. Au lieu de cela, elles proviennent du coté Ouest de l’île, se propageant vers le sud par le biais d'un courant de surface encore inconnu : le SMACC.

Selon les observations et la modélisation numérique, le SMACC s’étend sur environ 500 kilomètres de long, avec une largeur moyenne allant de 50 à 100 kilomètres. Il s’étend jusqu'à une profondeur d’environ 150 mètres en amont et 70 mètres en aval. Entraîné par un rotationnel de vent cyclonique, le SMACC coule contre les vents dominants avec une vitesse moyenne de 20 centimètres par seconde, s’accélérant en saison estivale. Il transporte en moyenne environ 1,3 millions de mètres cubes d’eau par seconde, presque comparable au courant de Leeuwin, un courant chaud coulant aussi vers le pôle le long de la côte ouest de l’Australie.

Comme le SMACC joue un rôle central dans le système d'upwelling côtier (assurant la fertilisation avec des eaux riches en nutriments des eaux de surface pour la vie marine côtière), son identification pourrait contribuer à améliorer la gestion des écosystèmes marins et des pêcheries dans la région. Cette nouvelle découverte pourrait également contribuer à la description d'autres caractéristiques océaniques de la région, telle que la connectivité avec le système du courant des Aiguilles, en lien avec le climat planétaire.


Photo du mois

Geovide_PLherminier_0790.JPG

(C) Pascale Lherminier / Ifremer