Marie Lang, Ingénieure de recherche en biotechnologies au LBCM (Vannes)

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

Après l’obtention de mon baccalauréat à Strasbourg, je suis restée dans cette région pour faire une licence en biologie cellulaire et physiologie. Ensuite, après la L3, j’ai poursuivi mes études par un master en valorisation des ressources végétales. J’ai réalisé mon stage de fin d’études de 6 mois au LBCM dans le cadre d’un projet sur l’utilisation de mélanges d’huiles essentielles en santé animale, en collaboration avec l’entreprise bretonne Bio-Armor. Étant donné que cette association avait bien fonctionné, l’entreprise et le laboratoire ont pris la décision de continuer à travailler ensemble. Le temps de la mise en place de mon contrat de doctorat, mon activité s’est centrée sur les polysaccharides d’algues, au LBCM. Il s’agissait d’extraire et de purifier ces dernières à partir d’algues vertes, en vue d’une utilisation antibiofilm. Après cette expérience, j’ai fait ma thèse au LBCM toujours en collaboration avec Bio-Armor sur le projet EVHELCAP (Évaluation des Huiles Essentielles en Complémentation Animale Préventive) ; je l’ai soutenue en juillet 2018.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Pour moi, le fait que ma thèse se déroule en collaboration entre le LBCM et Bio-Armor avait 2 intérêts principaux : l’étude d’extraits naturels et la santé animale. La Bretagne me plaisait aussi beaucoup. Ainsi, intégrer le LBCM était naturellement une continuité de mon projet professionnel. Je travaille d’ailleurs toujours en partenariat avec la même entreprise et suis actuellement en CDD depuis le mois d’octobre 2018.

Que fais-tu à l’IUEM ?

En recherche, je développe un modèle des infections et des interactions hôtes-pathogènes. L’hôte principal sur lequel je travaille est un petit ver de 1 mm de long sans danger pour l’homme, Caenorhadbitis elegans. Ce petit ver est particulièrement intéressant car il est sensible à certaines bactéries pathogènes qui peuvent également présenter un danger pour l’homme ou l’animal. Après infection, il présente des symptômes souvent mortels, ce qui permet d’évaluer de nouveaux produits à visée antibiotique.  Cette thématique est très en vogue aujourd’hui, étant donné qu’il est parfois complexe de venir à bout de bactéries devenues résistantes.

Au LBCM, nous avons 2 principaux axes de recherche :

  • Biofilms et microbiomes, il s’agit de l’étude des différents acteurs du biofilm (bactéries, microalgues) et le microbiome, l’étude des paramètres physiques de l’adhésion, et des communications chimiques entre les organismes.
  • Biotechnologies bleues : extractions de molécules d’intérêt à partir d’algues ou d’autres organismes marins (valorisation des ressources par des procédés éco-responsables), bioremédiation (préservation de la qualité des eaux de mer) et développement de probiotiques destinés à l’aquaculture ou de revêtements antifouling.

Mon travail se trouve à l’interface de ces deux axes, puisqu’il permet d’une part d’étudier les interactions entre l’hôte et son pathogène, et qu’il sert d’autre part à évaluer et valoriser de nouvelles molécules d’intérêt.

Côté enseignement, je forme des étudiants de L2 et L3 en biologie végétale, virologie et chimie à l’UBS de Vannes.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

Au cours de ma thèse, j’ai utilisé un grand nombre d’huiles essentielles atypiques, et notamment l’huile essentielle d’ail. Un jour, un flacon a malencontreusement été renversé. L’odeur d’ail s’est très vite répandue dans l’ensemble du bâtiment, ce qui a intrigué beaucoup de collègues !

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Le jour de ma soutenance de thèse.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

Tout ce qui touche à la nature et aux animaux (anciennement bénévole à la SPA) et plus récemment, l’éducation canine.

As-tu une devise ?

« La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ». Albert Einstein.

Crédit photos : Marie Lang/UBS

Contact

Marie Lang

 

 

Anne Marie Tréguier médaillée de l’EGU 2019

Anne Marie Tréguier, directrice de recherche CNRS au Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS) de l’IUEM a reçu la médaille Fridtjof Nansen de la division Sciences marines de l’European geosciences union (EGU) lors de son assemblée générale qui s’est déroulée du 7 au 12 avril 2019 à Vienne en Autriche. Elle est honorée pour son importante contribution dans les sciences marines.

Parcours d’Anne Marie Tréguier

Elle a été coordinatrice du LabexMER, directrice de l’IUEM de 2014 à 2018 et est actuellement directrice de l’Ecole universitaire de recherche (EUR) ISblue.

Les thèmes de recherche d’Anne Marie Tréguier sont les suivants :  Modélisation numérique de l’océan à l’échelle mondiale et régionale ; Influence des tourbillons mésoéchelle sur la circulation océanique et sur les transports de chaleur et d’eau douce à grande échelle ; Influence de la topographie du fond sur la circulation océanique.

Elle s’intéresse aux régions suivantes : Atlantique nord et Atlantique tropical, Atlantique sud et courant circumpolaire Antarctique mais aussi océan Arctique et participe à de nombreux projets de recherche.
Elle est aussi éditrice du journal « Ocean Modelling » (Elsevier) depuis 2007.

Les distinctions et médailles de l’EGU

Chaque année, l’EGU récompense d’éminents scientifiques pour leur contribution exceptionnelle à la recherche en sciences de la Terre, planétaires et spatiales.

Le programme de prix et médailles de l’EGU comprend des médailles de l’Union, les prix les plus prestigieux, pour des réalisations de toute une vie ou des contributions exceptionnelles à la science, ainsi que des prix de l’Union, comme le prix Arne Richter pour des scientifiques en début de carrière exceptionnels. Au niveau de la division, l’EGU décerne diverses médailles aux scientifiques actifs, ainsi que le Prix des scientifiques en début de carrière exceptionnels de la division.

Dans le cadre de ses Assemblées générales, l’Union décerne un certain nombre de prix spéciaux, tels que le Prix de l’affiche étudiante exceptionnelle et le Prix PICO (OSPP), afin d’améliorer encore la qualité globale des présentations par affiches et PICO. Plus important encore, ces prix visent à susciter l’enthousiasme des chercheurs en début de carrière à l’idée de présenter leurs travaux sous la forme d’une affiche ou d’un PICO.

Les gagnants de médailles ou de prix de l’EGU peuvent être nommés ambassadeurs de l’EGU. Dans ce rôle, ils sont délégués pour assister à des réunions organisées par d’autres organisations, et pour offrir des présentations et des conférences spéciales étiquetées comme contributions de l’EGU.

Le Comité des prix de l’EGU a reçu 177 nominations pour les prix 2019, dont 31,1% de femmes scientifiques (environ 35,6% des lauréats de cette année sont des femmes). Ces chiffres représentent une augmentation significative par rapport à l’an dernier, alors que 21,1 % des nominations et 18,4 % des prix EGU étaient attribués à des femmes scientifiques.

Qui est Fridtjof Nansen ?

Il dirige la première traversée de l’intérieur du Groenland en 1888 et acquiert une renommée internationale après avoir atteint un record de latitude nord de 86°13′ lors de son expédition au au pôle nord de 1893 à 1896. Bien qu’il prenne sa retraite de l’exploration après son retour en Norvège, ses techniques et ses innovations dans la locomotion, l’équipement et les vêtements adaptés au milieu polaire ont influencé toute une série d’explorations ultérieures de l’Arctique et de l’Antarctique.

Nansen étudie la zoologie à l’université de Christiana d’Oslo et travaille ensuite en tant que conservateur au musée de Bergen où ses travaux sur le système nerveux des animaux marins lui valent un doctorat. Après 1896, son principal sujet d’étude devient l’océanographie et dans le cadre de ses recherches, il fait de nombreuses expéditions scientifiques, principalement dans l’océan atlantique nord, et contribue au développement d’équipements océanographiques modernes. En 1922, il reçoit le prix nobel de la paix pour son travail au nom des victimes déplacées de la première guerre mondiale et des conflits liés. Il est à l’initiative du « passeport Nansen » pour les apatrides, un certificat reconnu par plus de cinquante pays. Il travaille pour le compte des réfugiés jusqu’à sa mort soudaine en 1930. Nansen est honoré par de nombreuses nations et par de nombreux toponymes, en particulier dans les régions polaires.

Crédit photos : EGU/Foto Pfluegl

Contact

Anne Marie Tréguier

Mer et Journalisme

Face aux besoins de formation exprimés depuis de nombreuses années par les journalistes sur les sciences et technologies marines, l’Ecole Universitaire de Recherche ISblue propose une école d’été de 2 jours à Brest, au sein de l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM). Cette formation destinée aux journalistes francophones des différents médias apporte un éclairage sur plusieurs « points chauds » dans le domaine de la climatologie, l’océanographie, l’économie, le droit et les technologies des sciences marines.

L’école d’été Mer et Journalisme est coordonnée par Paul Tréguer et Pauline Letortu.

Pour vous inscrire : https://merjournalisme.sciencesconf.org

Sous le parrainage de

Avec la participation de

Intervenants

Laurent Chauvaud (LEMAR | IUEM)
Jean-Pierre Gattuso (LOV | Villefranche-sur-Mer)
Guillaume Roullet (LOPS | IUEM)
Pascale Lherminier (LOPS | IUEM)
Gaël Durand (IGE Grenoble)
Jean Boncoeur (AMURE | IUEM)

Annie Cudennec (AMURE | IUEM)
Gilles Bœuf (MNHN Paris)
Nicolas Kolodziejczyk (LOPS | IUEM)
Jean Tournadre (LOPS | IUEM)
Pierre-Marie Sarradin (EEP | Ifremer)
Catherine Meur-Férec (LETG | IUEM)

Animateurs

Guillaume Roullet (LOPS | IUEM)
Olivier Thébaud (AMURE | IUEM)
Jean-Louis Le Corvoisier
Patrick Poupon (Pôle Mer Bretagne Atlantique)

Conférences


Laurent Chauvaud


Un océan d’idées nouvelles

La planète Terre est unique dans notre système solaire. Elle est, dans sa grande majorité, recouverte d’une enveloppe aqueuse : l’océan. L’océan joue un rôle crucial dans les équilibres climatiques et écologiques, mais aussi au niveau économique. Au cours du XXe siècle, pour répondre aux grandes questions sociétales, les sciences et  technologiques marines se sont progressivement structurées en pôles pluridisciplinaires. Après avoir rappelé les principales étapes de la construction d’un pôle mer à vocation européenne et mondiale dans l’ouest de la France, nous illustrerons quelques idées nouvelles qui fleurissent pour orienter les recherches au XXIe siècle.


Jean-Pierre Gattuso


L’océan de l’Anthropocène

Réchauffement, acidification, désoxygénation, élévation du niveau de la mer : à quoi ressemblera l’océan de l’Anthropocène ? En quoi sera-t-il différent de l’océan du passé géologique de notre planète ? Nous rendra-t-il des services tels que la sécurité alimentaire, la protection des rivages et le tourisme, similaires à ceux qu’il fournit  aujourd’hui ? Quelles solutions peuvent être mises en oeuvre ? Ces questions majeures seront traitées au cours d’un large tour d’horizon qui abordera également les négociations internationales.


Gilles Bœuf


Vers la sixième extinction dans l’océan ?

L’océan abrite aujourd’hui un peu moins de 300 000 espèces d’êtres vivants connus, tous groupes confondus, décrits et déposés dans les Musées. Mais on sait bien que l’on est loin du compte, le seul projet «Tara Océans» a ramené 600 000 autres putatifs. Aujourd’hui l’humain tire de l’océan des ressources vivantes, par la pêche et l’aquaculture, mais aussi pour extraire des molécules de haute valeur ajoutée, pour la pharmacologie et la cosmétique. Mais pourrons-nous poursuivre durablement ces activités, car les milieux sont dégradés et pollués, le littoral détruit, le transfert d’espèces invasives généralisé, et la surexploitation banalisée ? Et le climat change trop vite. Alors quelles sont les mesures à prendre pour garder un océan «en bonne santé», garant de notre sécurité future ?

Enjeux thématiques

Les chercheurs qui animent cette formation apportent leur expertise sur des questions scientifiques d’actualité dont les enjeux sociétaux sont majeurs.  L’école d’été est organisée autour de conférences, de tables-rondes et d’ateliers permettant d’échanger entre journalistes et scientifiques.


Enjeux climatiques


Quels sont le rôle et l’évolution des courants océanique en Atlantique nord dans le contexte du changement climatique ?

Par Pascale Lherminier (LOPS)

L’océan modère fortement les changements climatiques par sa capacité à emmagasiner la chaleur et le CO2. En Atlantique nord, la circulation océanique et les tempêtes favorisent les échanges entre les eaux de surface et les eaux profondes et permettent ainsi l’enfouissement des signaux climatiques en profondeur. Cependant, les modèles climatiques montrent que cette circulation est susceptible de ralentir substantiellement dans le siècle à venir. Pourquoi ? Observe-t-on déjà ce phénomène ? Quelles  seraient les conséquences ?

Les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique sont-elles en train de fondre ? Quel est l’impact sur le niveau de la mer ?

Par Gaël Durand (IGE7 Grenoble)

Au cours des 20 dernières années, les calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique n’ont cessé de perdre de la masse. Elles contribuent maintenant de manière
significative à l’élévation du niveau de la mer et cela se poursuivra très certainement dans un avenir proche. Cependant, l’amplitude de leur contribution future reste incertaine. En particulier, l’Antarctique et Groenland peuvent présenter des processus d’instabilité qui pourraient être déclenchés lorsque les perturbations océaniques ou atmosphériques dépassent un seuil donné. Une fois engagée dans de telles instabilités, la perte de masse s’auto-entretient et de grandes régions pourraient alors s’effondrer. Cette présentation décrira les processus essentiels à l’origine du déséquilibre observé aujourd’hui, nos connaissances actuelles sur les points de bascules potentiels et mettra en évidence les principales raisons des incertitudes sur la projection de la contribution des calottes polaires à l’élévation future du niveau de la mer.


Enjeux économiques et juridiques


La soutenabilité des ressources biologiques exploitables : quel est l’effet des régulations à différents niveaux ?

Par Jean Boncoeur (AMURE)
Les ressources halieutiques de la planète sont, globalement, de plus en plus surexploitées(FAO, 2018). Les mécanismes endogènes qui expliquent cette situation sont aggravés par des facteurs exogènes, parmi lesquels des politiques publiques inadaptées. La question de la régulation de l’accès est au coeur du problème de l’aménagement des pêcheries. Elle sera illustrée, à titre principal, par des références issues de la politique commune de la pêche et ses déclinaisons nationales.

Au-delà des zones de juridiction nationale, peut-on protéger la biodiversité ?

Par Annie Cudennec (AMURE)

Le rapport IPBES 2019 est particulièrement alarmant : 1 million d’espèces sont menacées d’extinction. Cette menace est particulièrement grave en haute mer et dans les grands marins, car dans ces zones dites internationales, la plupart de la biodiversité ne bénéficie d’aucun statut juridique et peut donc être pillée, dégradée en toute liberté, en toute légalité. Mon exposé aura pour objet, d’une part de présenter les problèmes posés par ce vide juridique et, d’autre part de montrer comment, afin de lutter contre cette situation, des négociations internationales se tiennent actuellement au sein des Nations Unies. Ces négociations devraient aboutir en 2020 à l’adoption d’un accord
international majeur garantissant la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité dans les zones hors juridiction nationale.


Enjeux technologiques


Quels nouveaux enjeux pour l’observation des océans ?

Par Nicolas Kolodziejczyk (LOPS)

Depuis le tournant des années 2000, l’observation océanographique connaît une révolution sans précédent. Les nouveaux systèmes d’observation autonomes de l’océan, dont le réseau Argo est l’avatar le plus marquant, permettent pour la première fois d’observer la colonne d’eau de l’océan en temps quasi réel. Cependant l’observation soutenue de l’océan, l’exploration des océans profonds, la pluridisciplinarité des observations (physique, biologique, chimique…), et la masse de données produite par ces nouveaux réseaux restent des défis majeurs pour les océanographes et des enjeux scientifiques essentiels pour comprendre et surveiller l’océan global.

Quels défis pour l’océanographie satellitaire ?

Par Jean Tournadre (LOPS)

La mesure in situ de l’océan est difficile, coûteuse en temps et en matériel et ne peut couvrir que des très petites zones de l’océan. Depuis les années 1980, l’observation
de l’océan repose donc en grande partie sur les mesures par satellite. Celles-ci ne peuvent être que des mesures indirectes des paramètres géophysiques de l’océan et ne concernent que la surface (ou les quelques premiers mètres). Bien que nous ayons une expérience de plusieurs dizaines d’années, certains problèmes de physique de la mesure ne sont toujours pas complètement résolus, en particulier pour la mesure radar de l’océan. En parallèle, l’amélioration des capacités techniques et de traitement informatique fait croître de manière exponentielle la quantité de mesures disponibles et la résolution spatiale des données. Pour les années à venir, une des questions principales sera notre capacité à gérer et à analyser des données de résolution toujours plus élevée dans des bandes de fréquence plus nombreuses et en quantité de plus en plus grande.

Ateliers interactifs

En complément de la formation sur les grands enjeux thématiques, trois ateliers au choix sont proposés :

  • deux ateliers interactifs aborderont d’autres questions d’intérêt sociétal (risques côtiers, deep-sea mining) et prendront la forme d’un exercice de co-construction (scientifiques/journalistes) d’un communiqué de presse ;
  • un troisième atelier concernera l’établissement d’un pré-projet d’e-master « sciences et technologies de la mer » en formation continue pour journalistes. Cet atelier vise à recueillir les besoins de professionnels de l’information.


Deep-sea mining


Risques côtiers


Préprojet d’e-master en formation continue

Frais d’inscription


500 € logement compris ou 300 € sans logement


Financements


L’action de formation est éligible à la formation continue :

  • En tant que salarié, vous pouvez compléter une demande de financement auprès de votre employeur. Il est également possible de solliciter l’AFDAS (opérateurs de compétences dont relève la presse écrite et les agences de presse).
  • Enfin, si vous faites le choix de déduire les frais réels, les dépenses de formation professionnelle engagées ont le caractère de frais professionnels.

Pour votre information,  cette formation ne peut pas être prise en charge par le Compte Personnel de Formation (CPF).

N’hésitez pas à contacter Anaëlle LE ROUX pour toutes demandes de renseignements : fc-mer@univ-brest.fr

En savoir plus


Plus d’informations et inscriptions sur scienceconf.org

 


Télécharger le programme PDF ici


Partenaires


Candidatures 2019-2020

La campagne de candidature au master débutera au mois d’avril, selon un calendrier propre à chaque parcours.

Consultez la rubrique « Informations pratiques » de la page Master SML.

Christine Authemayou, Maître de conférences en tectonique et géomorphologie au LGO

Que faisais-tu avant de venir à l’IUEM ?

J’ai fait ma thèse à Aix en Provence au laboratoire du Cerege (Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’Environnement) de 2002 à 2005. L’objet de cette thèse était d’étudier l’activité de failles sismiques dans la chaîne du Zagros en Iran. J’ai ensuite fait un postdoc à Lausanne en Suisse jusqu’en 2008 sur l’étude de l’activité de failles au Guatemala puis j’ai été recrutée comme maître de conférences à l’UBO en septembre 2008.

Pourquoi as-tu choisi l’IUEM ?

Ce sont les thématiques de recherche en géosciences du LGO qui m’ont attirées. Je souhaitais apporter mon savoir-faire et mes connaissances de terrain pour faire un pont entre les recherches dans le domaine marin et le domaine côtier terrestre. J’étais aussi attirée par la dynamique de l’IUEM,  la dimension humaine du LGO et ses interactions avec les autres unités de l’Institut, propices au développement de projets et à la communication entre scientifiques.

Que fais-tu à l’IUEM ?

Une partie de mes activités est dédiée à l’enseignement, à la fois en licence et en Master SML. Je réalise des cours magistraux, des travaux dirigés (TD) et des stages de terrain qui sont pour moi primordiaux à la formation de futurs géologues. Depuis 2007, j’ai repris la responsabilité du Master Géosciences océan.

Côté recherche, mes objectifs sont d’étudier les déformations de la croûte terrestre grâce à des marqueurs (paléo-rivages soulevés, rivières, plans de failles…) observés en surface au niveau des marges et de comprendre les processus responsables de ces déformations. Actuellement, je travaille sur 2 chantiers impliquant l’étude de récifs coralliens soulevés en Indonésie et à Cuba. Ces deux zones sont localisées sur des limites de plaques tectoniques très actives. Les objectifs sont à la fois de mieux comprendre la géodynamique de ces zones, mais aussi de déterminer les différents facteurs externes qui contrôlent la morphogénèse de ces terrasses coralliennes et de quantifier l’érosion de ce type de côtes.

Equipe franco (LGO-M2C-IsTerre-LPG) cubaine (IGP) au cours du terrain de novembre 2018 (financement LabexMER).

Enfin, je suis correspondante communication pour le LGO, en binôme avec Aurélie Penaud.

As-tu des anecdotes professionnelles à nous raconter ?

En Indonésie, nous devons parfois échantillonner dans des zones sensibles. Notamment en juin 2018, nous devions échantillonner dans un site sacré d’un village traditionnel de l’île de Sumba qui pratique une religion animisme appelée Marapu. Pour le prélèvement, il a fallu faire un rituel religieux pour demander l’autorisation aux esprits, leurs ancêtres. Nous avons du également donner de l’argent coincé entre la pierre et le marteau de géologue, le temps de la prière pour dédommager le sacrifice du lieu.

 

Mission de terrain à Sumba (Indonésie) en juillet 2018 : collaboration franco (LGO-M2C-IsTerre-LPG) indonésienne (LIPI) sur financements INSU-CNES.

J’ai d’autres anecdotes plus anciennes, surtout lors des mes terrains au Guatemala, car avec les croyances Mayas et la peur des exploitations minières, il était mal vu être d’être géologue et on risquait d’être brûlé vif. Malgré beaucoup de prudence, il nous est arrivé de nous débarrasser des échantillons dans la nature au dernier moment après avoir été prévenu d’un risque.

Quel est ton plus beau souvenir de boulot ?

Il n’y en a pas qu’un. Mes plus beaux souvenirs sont associés aux rencontres sur le terrain, celles de mes collègues et des  habitants. Partager les connaissances, les cultures, les musiques, cela enrichit les missions.

Quels sont tes centres d’intérêt ?

En dehors de la géologie, ils sont classiques ; la randonnée, la nature, la danse, mes enfants…

As-tu une devise ?

Pas vraiment mais en ce moment c’est plutôt Carpe diem.

Linwood Pendleton, le seul expert pour la France pour la décennie des océans

Linwood Pendleton expert pour la décennie des Océan 2021-2030

Organisation du groupe d’experts

Linwood Pendleton est le seul représentant de la France au sein du groupe d’experts qui sera chargé d’émettre des avis dans la cadre de la décennie des Océans (2021-2030). Linwood Pendleton, professeur à l’UBO, au laboratoire Amure de l’IUEM, est expert en science et gestion de la conservation marine, en particulier pour les écosystèmes et le changement climatique. Il est titulaire de la Chaire d’excellence internationale de l’IUEM et d’une bourse de recherche du Duke’s Nicholas Institute for Environmental Policy Solutions (NIEPS). Il est également le seul scientifique représentant la France et les océans au sein du WWF (Fonds mondial pour la nature).

Ce groupe d’experts, appelé Groupe exécutif de planification (EPG), est composé de 16 à 20 membres. Il servira d’organe consultatif auprès des organes directeurs de la Commission intergouvernementale océanographique (COI) pour appuyer l’élaboration du plan de mise en oeuvre ainsi que les activités préparatoires de la décennie. Ces experts qui ont répondu à un appel à candidature siègent à titre personnel. Le groupe se réunira au moins deux fois au cours de son mandat, une fois pendant chacune des périodes intersessions de la COI : 2018-2019 et 2019-2020. Les résumés de ces réunions seront disponibles sur le site web de la décennie. La première réunion est prévue du 17 au 19 décembre 2018 au Siège de l’UNESCO à Paris.
Le Secrétariat de la COI fournira un appui administratif, technique et rédactionnel selon les besoins du groupe de planification. Chaque année, à partir de 2019, le groupe soumettra un rapport sur ses activités aux organes directeurs de la COI, à l’Assemblée générale des Nations Unies ainsi qu’à UN-Oceans. Les membres sont nommés pour la durée des travaux sur le plan de mise en œuvre et ne devraient pas être actifs au-delà de 2020, après la présentation du plan de mise en oeuvre à l’Assemblée générale des Nations Unies pour examen lors de sa 75e session. La décennie des Océans (2021-2030) vise à mobiliser la communauté scientifique, les décideurs politiques, les entreprises, et la société civile autour d’un programme commun de recherche et d’innovation technologique. Sa proclamation est un aboutissement des efforts menés par la COI pour favoriser la coopération internationale dans le domaine des sciences océaniques. Elle permet de coordonner des programmes de recherche, de systèmes d’observation, de développement des capacités, de planification de l’espace maritime et de réduction des risques marins afin d’améliorer la gestion des ressources de l’océan et des zones côtières.

En savoir plus sur Linwood

Linwood possède une vaste expérience en sciences de la conservation marine avec des diplômes en biologie (William et Mary), en écologie/évolution/comportement (Princeton), en administration publique (Harvard) et en économie environnementale (Yale). Fondateur du Marine Ecosystem Services Partnership il a été économiste en chef par intérim pour la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) de 2011 à 2013. Il est professeur agrégé
auxiliaire au Duke University Marine Laboratory. Il a également collaboré avec des organisations de conservation du monde entier : WWF, Nature Conservancy, Environmental Defense Fund… Et il a siégé pendant près de dix ans au conseil du Conservation Strategy Fund. Il siège actuellement au comité consultatif scientifique du Gulf of Maine Research Institute, au comité directeur du GEO Blue Planet, au Marine GEOBON RCN et au Blue Carbon Finance Working Group. Il est aussi professeur honoraire au Global Change Institute de l’Université du Queensland, en Australie.

Pour en savoir plus