Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Recherche / Equipe - DISCOVERY / Thématiques

Thématiques de l'équipe DISCOVERY - ÉCOLOGIE MARINE : DIVERSITÉ, STRUCTURE ET DYNAMIQUE DES POPULATIONS ET DES COMMUNAUTÉS

Contexte scientifique et objectifs généraux

Comment la complexité observée dans la nature peut persister et comment elle assure le fonctionnement des écosystèmes ? Cette compréhension doit nous permettre de prévoir, et éventuellement atténuer, les conséquences de l’augmentation des perturbations environnementales. En plus des causes naturelles, les principaux facteurs ayant un impact sur la structuration et le fonctionnement des écosystèmes marins sont les changements globaux, notamment l’accroissement des pressions liées aux activités humaines. Les populations et communautés, qu’elles soient benthiques ou pélagiques, animales ou végétales, intègrent dans leur structure et leur fonctionnement les effets des variations environnementales dans le temps et l’espace, sans égard à leur origine naturelle ou anthropique. Ainsi, les impacts directs et indirects des pressions d’origine anthropique s’ajoutent et interagissent avec la variabilité naturelle des écosystèmes.

QUESTIONS DE RECHERCHE IDENTIFIÉES

Les pressions découlant des activités humaines peuvent mener à des modifications profondes, voire à la destruction, des habitats. Elles sont donc des facteurs potentiels de perte de biodiversité et il est essentiel de départager les variations naturelles des systèmes dans leur capacité à maintenir leurs fonctions, processus et services et d’être en mesure de quantifier, de comprendre, et de prédire les potentiels effets délétères des activités humaines de ces variations naturelles. La biodiversi des systèmes côtiers est ici entendue au sens large et s’exprime en termes taxinomique et fonctionnel, de l’échelle de l’individu à celle des paysages.

Outre l’augmentation de la température moyenne des océans et son acidification, les stress et perturbations d’origine humaine incluent les modifications des ap- ports en contaminants, en nutriments et l’exploitation, ce qui peut mener à des modifications des relations trophiques, à l’eutrophisation, voire même à l’hypoxie chronique. Bien que la nature de leurs impacts ait été moins étudiée, les modifications physiques des habitats, liées notamment à des activités de dragage, d’ex- traction des sédiments et de clapage, sont courantes dans le domaine côtier.

MÉTHODOLOGIES MISES EN ŒUVRE

La recherche effectuée au sein de cette équipe est donc principalement motivée par la nécessité de mieux crire, comprendre et modéliser les réponses des populations, communautés et écosystèmes face aux variations des conditions environnementales et de départager l’effet des forçages d’origine naturelle et anthropiques. Elle s’articulera autour de l’observation et l’expérimentation dans le présent et le passé proche, de la paléo-écologie, et d’une réflexion sur la construction de modèles prédictifs.

L’AR1 cherchera à améliorer notre capacité à décrire biodiversité et habitats dans des écosystèmes variés, afin d’être en mesure de statuer sur leur état de santé. Dans l’AR2, l’objectif sera de décrire et comprendre comment les forçages environnementaux influent sur les transferts de matière et d’énergie au sein des populations et des communautés marines, et ce dans une vaste gamme de systèmes en intégrant les variations spatiales et temporelles. L’AR3 se concentrera pour sa part sur les variations spatiales et temporelles du recrutement chez un large éventail de modèles biologiques soumis à des contraintes environnementales difrentes. L’AR4 alliera paléo-écologie et observation in situ, afin de mieux comprendre la structuration, le fonctionnement et la productivité des systèmes dans le passé proche. Inaccessible aux - trop courtes - séries d’observation, la variabilité des systèmes dans le passé plus lointain (de >25 ans à > 1000 ans) sera abordée par des méthodes paléo-écologiques. Finalement, sur la base du corpus de connaissances actuelles, l’AR5 œuvrera à la construction de modèles conceptuels des changements à moyen et long termes des écosystèmes côtiers. La figure 10 illustre l’interaction entre les AR au sein de l’équipe.

Methoco DISCOVERY

Article du mois !
Paul-Pont, I., Tallec, K., Gonzalez-Fernandez, C., Lambert, C., Vincent, D., Mazurais, D., Zambonino-Infante, J.-L., Brotons, G., Lagarde, F., Fabioux, C., Soudant, P., Huvet, A., 2018. Constraints and Priorities for Conducting Experimental Exposures of Marine Organisms to Microplastics. Front. Mar. Sci. 5. https://doi.org/10.3389/fmars.2018.00252

 

Cliquer ici pour le résumé.

Cliquer ici pour le pdf