Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Présentation / Le territoire de la ZABrI / Les îles et les côtes

Les îles et les côtes

plage_corsen_def.jpg

Le système insulaire d’Iroise comprend les îlots inhabités de l’archipel de Molène et trois îles habitées : Molène, Ouessant et Sein.

Une population en déclin et une évolution des activités dans les îles

Leur population globale, forte d’environ 1500 insulaires, a décliné au cours du 20ème siècle (baisse des 2/3), alors que sur le continent, les 300 kilomètres de côtes sont occupés par environ 75 000 individus avec un taux de croissance en hausse à l’image du littoral métropolitain. Les îles connaissent, depuis les années 1920, une mutation importante en termes d’usage et d’occupation des sols liée à un fort déclin démographique. D’une activité agricole, les îles se tournent vers une activité de service en réponse à une fréquentation touristique en plein essor. L’activité agro-pastorale déclinant, les paysages se ferment, entraînant des modifications importantes en termes d’accessibilité, de visibilité et de biodiversité. Sur le continent, la déprise agricole que subissent les communes littorales, le développement des infrastructures routières et l’attractivité de la mer provoquent une urbanisation qui se traduit par un mitage paysager.

Des paysages variés

La diversité des paysages insulaires se traduit par une mosaïque de plages, falaises, criques et archipels, soumis à la violence des tempêtes hivernales et embruns, ainsi qu'aux variations de marée. Les plages de la mer d’Iroise sont constituées de sables fins à grossiers issus de la mobilisation des dépôts sédimentaires sous-marins et de l’érosion continentale et marine des falaises rocheuses de nature granitique ou métamorphique.

Les apports fluviatiles sont inexistants, l’Aulne et l’Elorn charriant des particules fines qui sédimentent en rade de Brest. L'évolution des plages est principalement modulée par deux principaux forçages : l'érosion marine et la fréquentation anthropique.